First date (15) : Alex

Bim bam et boum dans la son-mé bordel, 15 rencontres déjà. Attends, c’est que le début en plus. Remontons le temps un instant, histoire de planter le décor.

Nous sommes en plein mois d’août (et là, si tu lis assidûment le blog, tu peux me mettre une pichenette virtuelle car ce date arrive juste avant celui de Pedro logiquement, je me suis plantée dans mon planning j’avoue tout).

Bref, c’est l’été. Attends deux secondes, ça fait exactement 5 mois que je suis célibataire et ce sont les vacances d’été. J’ai pris deux semaines de congés avec mon gosse, je suis partie chez mes parents dans leur maison dans le sud de la France au bord de la mer. MEDITERRANEE la mer car le trip sud-ouest pins/foulard rouge pantalon blanc/piment/océan/Frérots de la Vega, j’y arrive pas. Puriste, il me faut mes oliviers, ma lavande, mes cigales, mes vagues douces, mon pastis et ma pétanque. Normal. D’ailleurs, dans le village de mes parents faut toujours dire bonjour aux petits vieux qui sont assis sur le banc près de l’église, question de respect pour les anciens.

j2

Je suis donc « bloquée » chez mes parents, rythmée par les siestes, les repas, les discussions en famille, la plage avec l’enfant matin et aprem (mais après 16.30 sinon le soleil c’est bobo sur sa peau), un peu de travaux manuels dans la maison…Ce qui ne me laisse absolument pas du tout le temps et l’opportunité de faire un ou deux dates. Je les case où sérieux? Sans compter que ma mère est du genre à me dire (j’ai 33 ans pour info):

« Tu vas où? T’y vas comment? C’est qui? D’où tu le connais? Il fait quoi dans la vie? Il connait qui? Tu rentres à quelle heure? Et pourquoi t’en as jamais parlé? Il a quel âge? Il habite où? T’y vas avec qui? Quoi toute seule? Si on te retrouve violée dans le ravin je vais mourir de chagrin. »

j3

Sans l’accent de Madame Sarfati, feu Elie.

Du coup, je préfère même pas y penser plutôt que devoir répondre à l’interrogatoire maternel. Bienveillant l’interrogatoire hein, j’adore ma mère et je ferai comme elle plus tard. C’est certain. Du coup, je culpabilise, je préfère rien faire. J’aime pas trop contrarier ma daronne.

Ce qui ne m’a évidemment pas du tout empêché d’utiliser Happn. Ca va quoi! De toutes façons, ils devaient être à tout casser 7 mecs en deux semaines à me croiser sur l’application, y’a pas foule. Je pense qu’Happn c’est plus un truc utilisé dans les grandes villes. Non? Ché pas en fait.

Un matin, j’étais sur la plage, en mode daronne blasée du sable, je vois au loin un mec qui marche. Alors déjà, cherche pas, dans le coin paumé de mes remps, le matin tu es seul. Mais seul. Genre les gens arrivent vers 13.00 sur la plage, avant t’es peinard. Donc quand pendant 2 semaines tu poses ta serviette Disney délavée de 11 ans sur le sable matinal tout humide, limite tu salues le gars qui fait son jogging dès le troisième jour car tu es déjà un habitué. Et ça c’est la classe.

j1

Tu te doutes bien que quand une personne arrive sur la plage, forcément tu la vois. Et le gars au loin a l’air cool, il marche sur le sable mais hyper loin, je distingue juste sa silhouette => chemisette hawaïenne, short, moustache, lunettes de soleil type jolies et sac à dos. Moi j’aime bien (cette description me fait penser à Teki Latex de y’a 10 ans). Je sais que la plupart des meufs n’aiment pas mais les goûts et les couleurs hein comme on dit. Bref. Donc il passe au loin et puis voilà. L’histoire s’arrête là parce que c’est tout. Tu croyais quoi toi? Que j’allais courir vers lui en levant les bras, lui demander son numéro de téléphone? Ou que lui allait venir jusqu’à ma serviette, genre le gars me demande si j’ai écouté l’intégrale d’Axel Red? Ou que je lui étale sa crème solaire indice 50?

T’es ouf toi *tchiiiiiiiiiiiiiiiiip*

Pourquoi se faire chier alors qu’il y a Happn.

(-_-)

Dans ce genre de bled, tu sais parfaitement qui tu croises et pour de vrai.

Bah écoute, j’ai tout de suite retrouvé le gars sur l’application. Trop ouf non?! Moi je trouve ça dingos de la vie. Faut dire qu’à Paris, c’est super rare de retrouver le mec que tu as croisé. Pour de vrai en un an et demi ça m’est arrivé 3 fois. 2 fois la même semaine dans le bled de mes remps, 1 fois à Paris. Donc autant te dire que c’est méga rare.

 Je like son profil et bingo, lui l’avait fait également. S’en suit une discussion classique. Il s’appelle Alex, il est seul dans la maison de sa mère (qui est partie en vacances) pour quelques jours histoire de se retrouver, surtout il est venu chercher le calme => mec t’es dans le bon coin si si je t’assure. Il habite en Suisse, imotep tout à l’air d’aller pour lui. Il me propose rapidement un apéro en fin de matinée deux jours plus tard. Je lui explique gentiment que je ne suis pas libre de mes déplacements, trop de respect pour mes parents, j’ai un enfant avec moi etc. La nana un peu boulette sur les bords t’as vu. Je lui avoue que parfois, je me fais même un peu chier.

j6

Et là, je te dis tout, j’ai menti à ma mère. A 33 ans, j’ai inventé un bobard pour m’éclipser de la maison familiale le temps d’une ou deux heures, EN PLEINE JOURNEE. Bah c’est mal, j’aime pas, mais je voulais être un peu seule pour une fois. Oui c’est nul je sais! Bon, de toutes façons c’est fait alors… Je prends pour prétexte « la braderie de la ville » : trop génial maman, je vais faire des affaires j’en suis sûre, ça vaut le coup, ça te dérange si j’y vais toute seule pour traîner un peu? Ma mère a dû avoir pitié de moi, elle sait que je suis le genre à aimer me retrouver seule, elle me répond « Bah oui pas de soucis bien sûr, tu rentres quand? Tu auras mangé? Tu rejoins quelqu’un? Tu prends ta voiture ou tu veux que ton père te dépose? Tu y restes combien de temps? Je couche l’enfant seule ou je t’attends? Tu m’appelles quand tu arrives et quand tu pars et n’oublie pas d’aller chercher le pain »

j3

(-_-‘) => Madame Sarfati je te dis.

J’ai rendez-vous. A 11 heures, près de la fontaine sur une place pavée à l’ombre des platanes et ça tape grave fort et j’ai déjà méga chaud. Si bien que je dégouline de fou, ma moustache est luisante et perlante de transpiration… je ne suis jamais au top de moi-même dans ces cas là. Je suis vêtue d’un tee-shirt en lin (le Zara que tout le monde porte en été TMTC BB) et d’une sorte de pantalon genre hyper léger mais large, ouais un bas de pyj si tu préfères mais amélioré. Le tout accompagné de mes fausses Birk, tote bag de mauvais goût (marque St Morêt) et lunettes de soleil h&m. Bref, tout ça pour te dire qu’en vacances jamais je me prends la tête. A Paris je fais un effort mais dans le sud VTFF. Je le vois enfin arriver. Il a l’air toujours cool de loin.

Il s’approche tout sourire et je me rends compte qu’il me fait le coup des Inconnus, il me fait un Alain Deloin.

j4

En fait de près ses dents étaient jaunâtres et je pense que sa maman aurait dû l’emmener chez l’orthodontiste petit. Note à moi-même: j’ai toujours cru que le mot était orthodentiste. En plus de ses dents (c’est important pour moi, j’avoue) il avait également une peau pas soignée. J’ai immédiatement senti que lui aussi avait très chaud, mais senti très fort. J’ai déjà énuméré la longue liste de ce que je n’aime pas pour mes choix de profils sur Tinder, la liste s’avère être bien plus longue lorsque je vois le gars en live. Quoi qu’il en soit, Alex est un mec bien. En plus il connait des gens du village dans lequel j’ai grandi => et ça cher lecteur je te jure que c’est totalement fou. Ce mec est vraiment cool mais tu sens qu’un truc cloche. Bien que clown sur les bords je sens tout de suite qu’Alex est une personne triste. Bon, qu’importe on passe un agréable moment et on se dit qu’il faut qu’on se fasse un petit verre de rosé un autre soir.

On se quitte et avant de rentrer j’achète du pain pour le repas du soir, commande de maman Sarfati. Quand je rentre, je lui dis que PAR HASARD je suis tombée sur un collègue de boulot, qu’on a bu un verre et que malheureusement je n’ai pas pu faire la braderie et que je voyais l’heure passer donc vite il fallait que je rentre, SO SAD. « Ça te dérange si je sors demain soir boire un apéro avec lui? » A ton avis, elle a dit quoi ma reum… « Ah non du tout, tu fais ce que tu veux à ton âge arrête de me demander mon autorisation…Mais tu rentres à quelle heure? Non c’est juste pour savoir si je dois nous enfermer à clé ou si tu veux prendre le trousseau…Tu comprends, nous on a nos habitudes parce que ton père est tête en l’air et je dois tout faire et…. »

j3

(-_-‘) Ok maman. Je t’aime quand même.

Je revois donc Alex un soir. Entre temps zéro sms, ce qui veut dire qu’il en a strictement rien à faire de moi et inversement. Tant mieux d’ailleurs. Mais comme on avait bien accroché amicalement parlant j’étais super contente de le voir. Et je n’ai pas été déçue de ma soirée. C’était comme mon meilleur ami le temps d’un instant, on s’est marrés et on s’est quittés comme ça. C’était bien chouette, je ne me suis absolument pas ennuyée. Et calme oit il s’est rien passé du tout.

Et là tu te dis…What?! La vieille Matka elle nous pond près de 2000 mots pour nous sortir cette merde…Toussa pour ça?! Bah ouais, désolée. Je suis pas une fille synthétique. Mais si tu veux on peut demander l’avis de ma mère vieux chameau! Bisou.

j5

Publicités

2 réflexions sur “First date (15) : Alex

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s